Dans ma Chambre


Dossier

Dans ma chambre  est une pièce courte de 30 minutes pour deux comédiens. Ce spectacle s’appuie sur des paroles authentiques et des informations concrètes.IL offre ainsi une vision factuelle de  la situation d’aujourd’hui concernant l’assistance sexuel. 

Cette création théâtrale traite ici, avec légèreté et humour, d’un sujet à priori complexe, voire polémique. Suivi d’un débat.

vOyOns voir, parcours sensoriel dans le noir

Nouveau Parcours dans le noir        Dossier

Direction artistique Didier Berjonneau, Création sonore Nicolas Martz , remerciement à Michel Ozeray pour son aide scénographique..

photo_00613

CLIC pour écoutez l’ambiance musicale

Vidéo IR pour voir !

C’est une expérience toujours troublante et maintes fois à recommencer que de visiter l’inconnu. Créer une exposition «en aveugle» vise à sensibiliser à la non-voyance mais permet aussi d’exacerber les sens restés en éveil.

Etre différphoto_00618ent, c’est ressentir autrement. C’est une perception du monde qui chamboule les repères de l’homme ordinaire. Le travail de Didier Berjonneau a été de faire comprendre le handicap en l’expérimentant dans un environnement artistique.

Un espace scénographique en relation avec une création musicale en multi-diffusion nous emmène en douceur dans un environnement sonore, tactile et olfactif à la découverte du monde des sensations.

photo_00622

A l’issue de la visite, rencontre et échanges avec des personnes non et mal-voyantes, découverte de jeux et d’instruments adaptés pour personnes déficientes visuelles.

 ****

 

Mais aussi  Noir sur Blanc, parcours dans le noir

Vidéo  Dossier Réactions d’enfants

Créé en 2004 par Caroline BOEMichel OZERAY Dir art :  Didier BERJONNEAU

100%, parcours-spectacle

Dossier 100%  Presse Vincennes      Presse Ivry sur Seine

Note d’intention :

 Ce spectacle familial met  le public au centre de la représentation. Il questionne le rapport acteur spectateur. Par des mises en situation de handicap, des tests ou un quiz,… par exemple, le public est sollicité, à réagir, à prendre position, à ne pas être indifférent à la différence, à aiguiser son esprit  critique, à sortir du rôle de spectateur passif

La mixité sur scène, artistes valides et handicapés, participe aux valeurs du vivre ensemble, que nous défendons. Comment bâtir une société, si on se prive d’une partie d’entre elle? C’est la somme des différences qui fonde une société riche, juste et généreuse. C’est avec dérision et humour, que nous traitons ces sujets graves et sérieux.

Le déroulement :

Chaque personne du public reçoit à l’entrée de la salle une « fiche de circulation ». Elle devient, à la fin du spectacle, et après décision du comité  de validation, une carte de validité, «100% compétent », valable 1 an. Mais pour cela, le public doit, passer des épreuves plus ou moins atypiques.

 

L’histoire :

Nous sommes au cœur d’une administration qui délivre des cartes de validité. Mais aujourd’hui n’est pas un jour comme tous les autres. Le nouveau directeur qui arrive est sourd. Le fonctionnement de l’administration s’en trouve perturbé. Chacun essaie de s’adapter comme il peut, apprendre la langue des signes, mimer,… trouver des moyens de communication.

Les personnages  croqués, caricaturés dans leurs petites habitudes, dans leurs manières de se comporter apportent une distance avec la réalité. Arriveront-ils à surmonter cette épreuve, et à travailler ensemble ? On n’en doute pas mais après maintes péripéties.

 

A vous de voir

Un spectacle dans le noir qui amène le public a être présent autrement.

Un guide de musée, passionné de montagne, Claude, emmène les visiteurs à la découverte de la maison d’Otto von Retine. Une « expédition » pleine d’imprévus ou le guide se perd dans les dédales du  musée.

« 2 »

A partir de rien ou de presque rien, quelques vêtements et… 2 tentes de camping ! Celles-là même que nous avons vues fleurir pendant l’hiver 2007 sur les berges du canal saint Martin à Paris. « 2″, des gens de la rue qui n’ont plus que leur rêve pour se nourrir, que leur rêve pour ne pas mourir, que leur rêve pour vivre….2 gens de la rue, qu’on croise sans voir, 2 gens de la rue qui se nomment, par la couleur de leur tente : BLEU et ROUGE.

dossier

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xo5bgx_site-2-hd[/dailymotion]

 

 

LES BRIGADES DrÔlatiques

Dossier

« Les Brigades DrÔlatique interviennent de façon impromptue.  Au programmes : Humour décalé, provocation faussement gratuite, expérience sensorielle inoubliable. Au détour d’une allée,  vous pourrez rencontrer un petit bonhomme VERt à la  présence énigmatique qui transporte sa tente comme le colimaçon sa maison. Ou bien entrer dans Le TRAFIC Théâtre pour une représentation exceptionnelle dans le noir absolu. Ou bien encore vous aurez peut-être aussi la chance de croiseer sur une place de parking handicapé l’HOMO ALBUS ROTARUM IN HYACINTHO. Un phénomène !  Et tout cela orchestré par RADIO THERAPIE la radio qui vous veut du bien. »

Le spectacle « 2 » s’intègre parfaitement à ce dispositif de rue.

Et aussi maintenant disponible dans les écoles ! Voir « L’esprit ne sera plus le même »

Au placard

NON DISPONIBLE

Avec Stéphanie Lhorset et Fabrice Pardoux
Direction artistique : Didier Berjonneau.

Dans l’espace exigu d’un placard, un couple d’artiste de cirque tourne depuis des années le même spectacle avec les mêmes numéros. Ce soir tout se détraque…

 

Standard ou le tri-cycle

NON DISPONIBLE

Pièce en mouvements rotatifs de Marc Colmar et Didier Berjonneau
Direction artistique : Didier Berjonneau

 

 

« Derrière vivre de peu, il y a vivre de rien. Ce sont deux chambres ; la première est obscure, la seconde est noire » Victor Hugo

avec
Valérie Brancq, Antoine de la Morinerie et Laurent Simoni
Conseiller chorégraphique : Perrine Trouslard
Musique originale : Caroline Boë
Lumière : Laurent Labarrère
Costume : Pilar Ballester

Création le 31 mars 2006 au Centre Gérard Philipe de Champigny-sur-Marne
Avec l’aide à la production de la Ville de Champigny-sur-Marne

L’homme ordinaire ne se remarque pas. Il est commun à tous les autres. Lisse sans trace ni bavure. Suffisamment imparfait pour ne pas être remarqué et pas suffisamment fini pour qu’on le remarque. Il se fond dans la foule. On l’oublie vite, on l’ignore même.

Etre trop beau ou trop laid ne laisse pas indifférent. Cela vous colle à la peau. L’homme différent n’est jamais seul, toujours sous le regard de l’autre ; au milieu de la foule, on ne voit que lui. C’est un événement en soi.  

L’homme standard qui est ni un homme ordinaire, ni un homme différent,  détermine la hauteur des marches, la largeur des portes, le sens d’ouverture des armoires. Il en est pareil pour le goût et les couleurs, la mode vestimentaire ou les canons de la beauté. Les textes de loi sont eux aussi, forgés à son image ; la télévision, et les images qu’elle déverse, nous donne à penser et à voir ce que sont les critères de reconnaissance.

Tout est fait pour l’homme standard.

Ce fut le point de départ  de ce spectacle peu ordinaire!